Frontières : la République du Congo fait appel à l’expertise technique d’IGN FI

Version imprimableEnvoyer à un ami

Le Ministère de l’intérieur et de la décentralisation de la République du Congo fait appel à IGN France International pour l’accompagner dans ses échanges avec les commissions frontières des pays frontaliers. 

Prévu pour durer une année, ce projet a officiellement démarré le 2 septembre 2015 à l’occasion de la réunion de lancement qui s’est tenue à Brazzaville. 

Pour un Etat, la connaissance précise de son territoire est un élément déterminant dans toute politique d’aménagement et de sécurité, qu’il s’agisse de la sécurité intérieure de ses habitants, de la sécurité économique visant à préserver ses ressources naturelles ou de la sécurité des frontières. Cette connaissance permet ainsi d’éviter des affrontements motivés par des revendications territoriales ou des conflits en matière d’occupation des sols, de contrôler les flux de personnes et de biens, de lutter contre l’immigration clandestine et les trafics illicites comme notamment, le braconnage faunique. 

Pourtant, bien qu’essentielle, la question des « frontières » reste une source de difficultés pour les Gouvernements concernés. Ces difficultés peuvent être de différentes natures : 

  • Les textes de référence sont difficiles à identifier surtout lorsqu’il s’agit de faire remonter les recherches aux textes des périodes coloniales  
  • Même retrouvés, ces textes anciens restent parfois peu lisibles au regard de la géographie actuelle des pays
  • Les référentiels géodésiques et cartographiques qui peuvent être hétérogènes d’un pays à un autre et l’absence de bornes « frontières » compliquent encore l’interprétation des textes
  • Des méthodes de positionnement qui ont évolué
  • Les éléments cartographiques récents susceptibles d’étayer les points de vue, font parfois défaut.

C’est dans ce contexte qu’IGN France International, la filiale pour l’export de l’institut français de l’information géographique et forestière, IGN France, va apporter son expertise technique à la Commission Nationale des Frontières du Congo. L’information géographique apporte en effet aux membres des Commissions Nationales des Frontières ou des Ministères en charge de suivre et de déterminer les tracés des frontières, des informations fiables et détaillées, compatibles avec les levés GPS, indispensables aux négociations. 

On rappellera aussi que l’IGN, qui avait à la date des indépendances des bureaux locaux notamment en Afrique (Cameroun, Congo, Mali, Niger, Sénégal…) détient encore à la Photothèque nationale un nombre important de documents et clichés aériens originaux des anciennes possessions françaises en Afrique, documents qui sont progressivement restitués aux pays sous forme dématérialisée. Exploités, ces documents sont d’une grande utilité pour comparer la situation sur le terrain à l’époque de la réalisation des cartes en vigueur avec la situation rencontrée au moment des investigations. 

Prévu pour s’achever en septembre 2016, ce projet vise à accompagner les autorités congolaises pas à pas dans leurs échanges avec les autres commissions frontières des pays limitrophes. 

Il comprend les activités suivantes : 

  • L’édition de documents cartographiques récents sur les zones sur lesquelles la Commission frontières de la république du Congo est amenée à travailler, 
  • Un appui en matière de délimitation de l’espace maritime du Congo, 
  • Des cycles de formation, juridique et techniques. 

Délimiter ses frontières permet à un Etat d’éviter les zones « floues » dans lesquelles la souveraineté nationale ne peut pleinement s’appliquer et contribue à donner aux représentants de l’Etat les moyens de faire respecter les règlementations en vigueur qui visent à protéger à la fois les ressortissants du pays et ses ressources.