Infrastructure de données géographiques en Serbie : Astrium GEO-Information Services et IGN France International réalisent la revue finale du projet

Version imprimableEnvoyer à un ami

IGN France International, en partenariat avec Astrium GEO-Information Services, a accompagné l’Institut de Géodésie de Serbie (RGZdans son renforcement de capacité de production d’information géographique avec un système complet comprenant infrastructure, données et services de géo-information au sein d’un vaste programme de transfert de savoir-faire.

Un séminaire de revue finale du projet s’est tenu à Belgrade en Novembre dernier, devant les autorités serbes et françaises. La Serbie est désormais dotée d’un centre de géoinformation performant à même de répondre aux besoins de l’ensemble des acteurs du développement économique du pays et qui contribuera à l’intégration de la Serbie à l’Union Européenne. 

IGN France International, en partenariat avec Astrium GEO-Information Services, a accompagné pendant plus de 3 ans, l’Institut de Géodésie de Serbie (RGZ) dans son renforcement de capacité de production d’information géographique. Un système complet comprenant infrastructure, données et services de géo-information au sein d’un vaste programme de transfert de savoir-faire a ainsi été mis en place afin de permettre le partage et la réalisation d’une large variété de données et de services de géo-information.

Ainsi, tout au long de l’assistance technique, les équipes d’IGN France International et d’Astrium ont progressivement transmis leurs technologies, leurs méthodes de travail, et leur savoir-faire tout en les adaptant aux spécificités Serbes, permettant à leurs confrères de produire des cartes topographiques nouvelles au 1/20.000 ainsi que des cartes thématiques dans les domaines de l’agriculture, l’hydrologie, l’environnement et la gestion des risques. 

L’application de la Directive Européenne INSPIRE, a été au cœur de la définition de toutes les cartes et bases de données créées par le RGZ. 

De nombreuses formations se sont déroulées en France, puis en Serbie pendant plusieurs mois, suivie de travaux pratiques basés sur des données réelles et sur les postes opérateurs définitifs, et poursuivie sur place avec plus d’un an d’assistance à la production jusqu’à l’obtention de la complète maturité des opérateurs Serbes. Au total près d’une soixantaine d’opérateurs du RGZ a été formée par les experts français du consortium. 

Une conférence organisée à Belgrade par l’Institut Serbe le 20 novembre dernier a marqué la revue finale du projet. Ce séminaire s’est articulé autour de deux axes principaux : l’importance pour la Serbie de se doter d’une Infrastructure de données géographiques et l’appropriation par les équipes Serbes des nouveaux savoir-faire et méthodologies de travail. 

Les nouvelles capacités du RGZ ont ainsi été présentées au Ministre Serbe des Transports et des Infrastructures, Mr Velimir Ilic, à l’ambassadeur de France à Belgrade, Mr François Xavier Deniau et à des partenaires et utilisateurs actuels et futurs des secteurs institutionnels ou privés. 

Les responsables d’atelier du RGZ ont également pu présenter la manière dont ils ont pris en main les techniques et méthodologies enseignées durant les trois années de projet, et exposer les programmes de réalisation des produits dont ils ont la charge (la restitution des données à partir de couples stéréo, la mise en base de données vecteur, l’édition des cartes numériques, les données lidar, l’établissement de cartes multithématiques, essentielles pour une meilleure gestion du territoire; en améliorer les pratiques agricoles et la gestion des ressources naturelles ou encore pour une meilleure protection de la biodiversité…). 

La fin du projet marque pour le RGZ le début d’une nouvelle étape avec la montée en puissance progressive de ses capacités de production, régulièrement alimentée par des acquisitions satellites pendant encore deux ans.

Ce projet est l’un des plus importants entre la Serbie et la France. Fortement soutenu par les autorités françaises, ce projet a une portée particulière dans le contexte politique actuel. Le Ministre Serbe des Transports et l’Ambassadeur de France en Serbie ont tenu à souligner le succès incontestable de cette coopération dont les retombées « sont de la plus haute importance pour le processus d’intégration à l’Union Européenne».

 

Voir la fiche du projet Serbie

Voir nos références Cartographie / IDG

Voir la galerie photo