Regard de... Yann Legros - Sénégal

Version imprimableEnvoyer à un ami

« Au début des années 2000, un coopérant français travaillait auprès de la Direction des Travaux Géographiques et cartographique (DGTC), l’équivalent sénégalais de l’IGN. C’est lui qui est à l’initiative du projet. Ensemble, ils avaient esquissé une première approche dans le cadre du projet d’appui au développement local (Padel) par la mise à jour de la cartographie au 1/200 000 des feuilles de Dakar puis de Thiès, qui sont les zones à plus forte évolution de population du pays.  

Ce sont ces travaux préliminaires qui ont permis d’établir la faisabilité d’une mise à jour de la cartographie nationale.

Ce sont aussi ces travaux préliminaires qui ont convaincu la Commission Européenne de financer la réfection globale de la cartographie du Sénégal.

C’était la première fois que l’Union Européenne se lançait dans une telle démarche et cela a, je crois, créé un précédent : au plus haut niveau, les décideurs sénégalais et européens ont pu mesurer à quel point l’information géographique pouvait être structurante pour tous les besoins en infrastructures du pays.

Au-delà de cela, la restitution du projet a aussi permis de sensibiliser le grand public, grâce à l’organisation de grandes manifestations de valorisation des résultats finaux. Cela m’a semblé très important d’impliquer aussi les sénégalais.

Cela a été un grand honneur d’avoir la chance d’accompagner ce projet à son terme et j’ai le sentiment que pour la DTGC, ce n’est qu’un début. S’il doit y avoir une suite, je suis déjà prêt à y retravailler ! ».

Yann LEGROS était le directeur régional pour plusieurs pays en Afrique, Asie et Amérique, dont le Sénégal, la Mauritanie, la Polynésie, le Brésil et la Colombie. Il vit maintenant à l'étranger.